The Vine Science Award 2016

the-vine-science-award-2016

The Vine Science Award 2016

 

Le travail de recherche ayant développé un substitut au dioxyde de soufre, à partir des résidus de la vigne, a gagné The Vine Science Award 2016
Deux autres travaux de recherche ont aussi reçu une récompense quant à leur qualité et leur importance. En outre, des dizaines de produits prouvant le fort potentiel des produits dérivés de la vigne et du vin, ont été présentées à la zone The Vine.

Le prix de la 3ème édition de The Vine Science Award a été décerné au projet de recherche « Replacing SO2 in winemaking with grapevine shoot? » présenté par l’Institut de Recherche et de Formation Agricole et de la Pêche (IFAPA), Rancho de la Merced, et le Gouvernement de la Région d’Andalousie. Cette récompense, sponsorisée par Alvinesa, Beflexi et Agroalimentaria S.L., s’élève à 3.000 Euros.

Grâce à la capacité préservatrice des stilbènes obtenues à partir des résidus de la vigne, cette recherche basée a pour objectif de remplacer le dioxyde de soufre (SO2) lors de l’élaboration du vin. « Avec les résultats obtenus, nous démontrons que le bois de taille, l’un des sous-produits de la vigne, peut être exploité pour donner une valeur ajoutée au vin et aider à la durabilité de cette culture », selon affirment les chercheurs.

Ce groupe de recherche se définit comme « une équipe pluridisciplinaire attachée aux besoins du secteur vinicole ». Ainsi, l’idée est née « de la nécessité pour l’industrie et pour le consommateur de trouver des alternatives au dioxyde de soufre, afin de produire des vins plus naturels et bénéfiques pour la santé, sans que la qualité s’en voie diminuée ».

Pour ces chercheurs, être récompensés par le prix The Vine Science Award, « représente la possibilité de diffuser notre (leur) travail dans un lieu stratégique où se réunissent une multitude d’entreprises liées au monde du vin. Un prix émanant du secteur et qui mise sur la RDI (Recherche, Développement et Innovation) ».

De plus, face à l’augmentation de la participation et à la qualité des travaux présentés, le jury a décidé de décerner aussi deux mentions spéciales, d’une part à : « Grape marc polyphenols encapsulation in natural origin carriers by conventional and supercritical fluid based techniques », dans le cadre du Projet WineSense, portant sur les nombreux usages des extraits polyphénoliques du marc de raisin.

Et d’une autre : « Metabolic profiling of winery biomass waste degradation by Penicillium chrysogenum », de la Swinburne University of Technology, le CSIRO et le RMIT University, d’Australie, concernant l’amélioration de la production de pénicilline.

The Vine
Pour sa troisième année, The Vine a réuni des dizaines d’entreprises présentant des produits très divers. À cette occasion, étaient présents les produits de beauté de Viñali, les confitures et gelées d’Elansun, les massepains de grenache de Rodi et et les produits séchés alimentaires de Unión Rexi; ainsi que les différentes formes de consommation des raisins d’Uvas Doce, et des raisins secs de La Borgeña.
Une vaste gamme de vinaigres de Modène de la société De Nigris a aussi été exposée ; de plus, la vodka obtenue à partir du vin de Jerez ou le rhum maturé en fût de Jerez de Bodegas Williams & Humbert, les multiples types d’eau-de-vie d’Orujos Panizo, la bière avec du vin de Cervezas Medina, les sarments et charbons de Todo Brasa et Biomasa Sancho, ou encore le tartrate de calcium et les pépins de raisin des Distilleries San Valero. Sans oublier l’alcool de bouche, l’acide tartrique, les anthocyanes et les polyphenols d’Alvinesa.
D’autres entreprises intègrent même ce large éventail dans leur catalogue, comme par exemple : La Mancha Saludable avec des produits de beauté, des sels de cuisine, des sauces et des confitures ; ou Explotaciones Hermanos Delgado avec des vinaigres, de l’huile et de la farine de pépin de raisin, entre autres produits. Microgaia Biotech a aussi été présente avec ses projets de valorisation des déchets de la vigne. Ou encore des projets innovants comme celui de Bodegas El Progreso qui a utilisé un papier issu de 20% de peau de raisin pour les étiquettes de Medianiles, leur vin biologique.
Un secteur entrepreneurial qui montre la versatilité et le potentiel de la vigne et des déchets de la vinification, tout en permettant au secteur vinicole de tirer profit de toutes ses ressources, et qui crée des emplois, engendre de la richesse et revitalise les zones rurales.